Lumbago... J'ai mal au dos !

Publié le

C'était il y a déjà quelques années, quand ma fille était au CE1, que j'ai découvert cette chanson, "J'ai mal au dos", vous savez ce genre de rengaine qui ne vous quitte plus après, à l'instar de Papaoutai ou le Petit bonhomme en mousse (je sais, vous me détestez). Ce refrain j'ai pu le chanter en boucle, l'an dernier, quand j'ai eu la joie d'expérimenter pour la première fois le fameux lumbago.

Si vous aussi vous faites ou avez fait partie des 4 personnes sur 5 concernées un jour par cette douleur dans le bas du dos*, et qu'en ce moment vous essayez de trouver une position qui ne vous fera pas hurler, alors bienvenue au "lumbago club" !

Lombalgie, lumbago, késako ?

La lombalgie : bon à savoir

Pourquoi ça m'arrive ?

Le manque de musculature, une mauvaise posture qui perdure, un effort brusque ou prolongé, un faux mouvement sont à l'origine de ce mal. Pour ma part, la cause était déjà toute identifiée : je porte tout le temps ma fille à bout de bras ; et à quasi 15 kilos, c'est une grosse erreur. Un mouvement un peu rapide en rangeant un drap dans l'armoire et craaaac, le mal est là, trop tard, pas de retour en arrière possible.
Il est vrai que la douleur n’est pas relative à la gravité : malgré le fait que je n'ai pas été totalement bloquée, comme les lumbagos qui vous font souffrir au point de ne plus faire un geste (oui même s'habiller dans ces moments là, c'est juste le martyre), j'ai malgré tout dû endurer cette souffrance pendant plusieurs semaines.

Karolina Grabowska pour Pexels
© Karolina Grabowska pour Pexels

Les solutions aux lombalgies

Quand on cherche des solutions en cas de bas du dos douloureux, on retrouve souvent les mêmes conseils. À savoir qu'ils sont à adapter selon la personne et le type de blessure.

Les conseils les plus souvent donnés :

Ce qui a marché pour moi :

J'ai également fait attention à la façon de me relever :

Comment éviter la récidive ?

Je ne sais pas s'il y a vraiment des mauvais mouvements, en tout cas il y a de mauvaises postures, dans le cas où elles se prolongent. Rester longtemps assis ou debout sans bouger, avoir des positions asymétriques, être avachi, être trop cambré, croiser les jambes...

Pour moi, la seule solution pour éviter la récidive, c'est de se muscler. Notre corps est une incroyable machine, et notre dos est fort. Il nous permet de bouger, de contrôler nos mouvements, de nous stabiliser également. Il est primordial de renforcer tous les muscles, que ce soit notre dos, nos fessiers, nos abdominaux, nos quadriceps, nos ischio-jambiers, pour éviter les effets de compensation. Si vous manquez d'abdominaux par exemple, certains muscles vont pallier à ce manque, et ce déséquilibre va occasionner un jour un signal de détresse.

En me faisant mal, je suis allée voir bien-sûr mon médecin traitant, mais aussi un ostéopathe. Malheureusement cela ne m'a pas aidée. N'ayant pas eu le temps d'aller voir un kinésithérapeute, j'ai acheté un petit programme maison pour renforcer mon dos. Et il m'a été d'une grande aide (Merci Lucile !). Non seulement pour me remettre en douceur au mouvement, mais aussi pour prévenir une nouvelle lombalgie et renforcer ma musculature.

Conclusion

Depuis je me sens mieux, je n'ai plus peur de bouger. La confiance est déterminante dans la récupération. Surtout, ne désespérez pas, même si le rétablissement est long, la persévérance dans le mouvement et le renforcement sont de mise.
Personnellement j'ai eu 1 bon mois de phase aigüe, et 3 voir 4 mois supplémentaires de petites douleurs persistantes. Et puis un jour, plus rien !

Bon courage !

* Source : Institut National de Recherche et de Sécurité : Travail et lombalgie - Du facteur de risque au facteur de soin

Remonter